Rajasthan, 2eme Partie

lakepalace

Lors du deuxième jour à Pushkar, Thomas essaie de rentrer en contact avec son ami Pierre, un français rencontré deux ans plus tôt, presque jour pour jour, dans une échoppe d’Udaipur, et avec qui il avait passé plus de deux semaines, de Varanasi à Darjeeling. Ce fut un véritable plaisir de se revoir. La raison de son retour en Inde, un documentaire vidéo sur ses habitants.

Pierre & Thomas

On passera finalement quelques jours ensemble, dont un magnifique lever du soleil au-dessus de la ville. Partis à 5h du matin, il nous aura fallu plus d’une heure pour escalader une des montagnes environnantes. Cela en valait le coup.

Pokhara a l'aube

Arrivés au sommet, nous nous posons dans un coin et partageons un chai (thé indien) dans l’obscurité. Le soleil se profila lentement à l’horizon, derrière les montagnes, et la lumière éclaira peu à peu la vallée, Pushkar et son lac. Le spectacle était grandiose.

Lever du soleil au-dessus de la montagne

Hmmm... un bon chai

Sur le retour nous nous arrêtons au minuscule café Honey Dew pour un super petit déjeuner, arrosé d’un vrai café italien.

Thomas profita de l’apres-midi pour aller se faire couper les cheveux chez un coiffeur indien.

Nos soirées se passaient généralement sur le toit du Café Baba, à regarder les vas et viens des gens en contrebas. Lors de notre passage à Pushkar, plusieurs célébrations eurent lieu chaque soir. Des dizaines de fideles descendaient les rues en précédant un char sur lequel prenait place l’effigie d’un dieu hindou. Musique, danses et esprit de fete général. Meme les rues étaient décorées de dessins.

Art 2 Rue

Rues animées

Ambiance de fete

Le temps de dire au revoir à Pierre qui lui se dirige vers Bundi, nous prenons la direction d’Udaipur, cette fois en bus couchette, de nuit. 500km de pistes, pas de goudron. Difficile d’imaginer l’état de notre dos après ces 7heures de trajet.

Arrivés à Udaipur à 5h du matin, nous sommes accueillis par Bapu, le patron de la guesthouse The Little Prince. Pour 400 roupies (soit environ 6eur) nous avons droit à une magnifique chambre avec tout le confort entierement décorée dans le style Rajasthani. Cerise sur le gâteau, la terrasse sur le toit avec vue sur la ville, le lac Pikhora et le City Palace.

Udaipur a l'aube depuis le toit de la guesthouse

Udaipur est une ville à la beauté somptueuse, renfermant de nombreuses richesses. Beaucoup s’y réfèrent comme “la capitale romantique de l’Inde”. Dès le premier soir, nous sommes totalement éblouis par les lieux, lors d’un repas face au lac, éclairés à la bougie.

L’air est chaud et sec, il fait calme, le temps semble s’être arrête.

Une des raisons de notre venue à Udaipur est l’achat de vêtements sur-mesure. En effet, Thomas était passé à Udaipur deux années plus tôt et s’était fait faire un costume trois pièces ainsi que plusieurs chemises de qualité exceptionnelle pour un prix dérisoire (ou presque).

La maison se nomme Sandouk – House of Fashion et est une des maisons les plus réputés de la région pour son savoir-faire et la qualité de ses tissus. Apres avoir été reçus par le patron, Mukesh, nous passons une bonne heure à faire nos choix. S’en suivent les prises de mesure par le tailleur en chef. Bras, poitrine, dos, épaules, taille, aucun détail n’est épargné. Nous reviendrons les trois jours suivants afin d’y faire les essayages et retouches nécessaires.

Au final, Anne-Marie aura fait l’acquisition d’un tailleur deux pièces, 4 chemisiers, 1 pantalon et une robe. Pour Thomas ca sera un costume trois pièces et 6 chemises. Total: un peu moins de 700eur, frais de transport vers l’Europe compris. Le sur-mesure a un prix, c’est certain, mais la qualité du tissu et du travail est vraiment parfaite. Cela aurait aisément couté le triple dans n’importe quelle boutique en Europe. A l’heure où nous écrivons ces lignes, le colis de 9 kilos a déjà été réceptionné en Belgique.
Lors de nos 5 jours passés à Udaipur, Anne-Marie est malheureusement tombée malade. Rien de bien grave, juste une intoxication alimentaire, l’obligeant à rester au lit pendant deux jours. Nous avons heureusement eu l’occasion, entre autres, d’aller faire la visite du City Palace. Ce vaste palais est une mosaïque de constructions datant de plusieurs époques, à partir de 1559, mais dont l’essentiel a été bâti au 17eme siècle par Udai Singh, après la paix avec l’envahisseur Moghol.

Les quartiers privés de la Reine

Vue depuis un des nombreux balcons

Magnifiques vitraux colorés

Il faut des heures pour visiter ce magnifique endroit, fait des cours et pavillons successifs. Un véritable labyrinthe où chaque détour est une surprise. A la fin de la visite, nous avons même eu la chance d’admirer la garde royale jouer des instruments traditionnels, rien que pour nous, dans l’enceinte du palais. En ressortant, nous avons fait la rencontre d’une vingtaine d’hommes de religion Sikhe, facilement reconnaissables à leurs turbans.

Ils ont insisté pour se faire prendre en photo avec nous. C’est avec plaisir qu’on accepta. Durant la guerre d’Indépendance de l’Inde, de nombreux Sikhs furent pendus et les autres durent faire face à toutes sortes de brutalités. Bien que les Sikhs ne représentent que 20 millions d’habitants (environ 2% de la population de l’Inde), ils se sont néanmoins forgé une solide réputation dans pratiquement tous les domaines, tels que l’armée, l’agriculture, les sports, l’industrie, l’éducation, la médecine, l’ingénierie etc… à force de persévérance et de travail dans un esprit de dévouement missionnaire. Leur goût de l’aventure et de l’entreprise les a conduits dans presque tous les pays du monde. La moitié des sikhs vivent hors de l’Inde, notamment en Grande-Bretagne, aux États-Unis et au Canada. Au Népal et dans certaines parties de l’Asie.

Notre dernier coucher de soleil au-dessus d'Udaipur

Nous sommes partis le lendemain en direction d’Ahmedabad, afin d’y prendre notre vol pour le Kerala, au sud de l’Inde. Pour la petite histoire, sachez que beaucoup de villes hindoues se terminent par –pur et les villes musulmanes par –bad. Courte escale à Chennai puis atterrissage à Trivandrum pour cinq jours sur la cote de la Mer d’Arabie, avant de partir découvrir le réseau de canaux caractéristiques du Kerala, ainsi que les plantations de thé des montagnes.
Plus de nouvelles dès la semaine prochaine, d’ici-la jetez un coup d’œil aux photos.

4 thoughts on “Rajasthan, 2eme Partie

  1. j’ai adoré cet article!
    Vous pouvez être fiers de vous, tout ce que vous faites est incroyable, les endroits que vous visitez, ce site, les photos, etc!
    Gros bisous à vous deux :)

  2. wow so interesting as always ….. you both look fantastic!!! cant wait to see the snazzy clothes !!!!

  3. L’Europe doit vous paraitre bien terne face à toutes ces couleurs …

  4. salut thom, effectivement même commentaire que bernard, les photos sont superbes, pour ton info Benoit est en irlande depuis ce mardi en tente !!!! ce ne sera pas la même température qu’en inde mais bon ya de la guiness, il va à galway et ensuite au lac de michel sardous en stop ! bon trip. bertrand

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :