Cowboys in the Canyon !

AM_Wilber

Le bus Cruz del Sur “Cruzero suite” est de loin le bus le plus luxueux que nous ayons pris jusqu’à présent au cours de ce voyage. Un trajet de nuit de 10 heures, reliant la ville de Cusco à celle d’Arequipa. Nous avons dormi dans des sièges en cuir, inclinables à 160°, regardé un film après avoir reçu un repas chaud, le tout pour 45 US dollars par personne.

Cruzeiro Suite - Arrivé a Arequipa

Cela en valait bien la peine, on se serait senti dans la cabine première classe d’un avion. Arrivés à Arequipa vers 7h00 du matin, Luigi, le patron de “Macondo Hospedaje”, une belle maison d’hôtes, nous a permis d’accéder directement à notre chambre, là où la plupart des autres guesthouses nous demandent généralement de patienter jusqu’à 11h, voire midi, pour faire le check-in. Un véritable bonus après une nuit de bus. Pour Anne-Marie c’était la faim qui surpassait la fatigue, elle n’a pas su résister à un petit paquer de churros.

Arequipa, la « ville blanche », est une jolie cité, très propre, aux allures coloniales, entourée de volcans, et dont les locaux sont parmi les personnes les plus aimables et généreuses que nous ayons eu l’occasion de raconter. Il y fait bon vivre et malgré l’afflux touristique, nous n’y avons pas eu un sentiment d’oppression.

Arequipa depuis le toit

L’une des principales attractions d’Arequipa est le Canyon de Colca, profond de 3400 mètres, faisant de lui le deuxième canyon le plus profond du monde après celui de Cotahuasi, situé non loin de là, mais moins accessible. C’est une fois et demie plus profond que le Grand Canyon d’Arizona !

De nombreux voyagistes proposent des visites d’un jour (un démarrage précoce à 3h du matin car le canyon est situé à plus de 100 kilomètres d’Arequipa) ainsi que des randonnées de 2/3 jours à travers la vallée.
Plus de 95% des touristes optent pour une de ces deux options mais c’est sur les conseils d’un couple du Royaume-Uni que nous avions rencontré lors de la montée du Macchu Pichhu que nous avons contacté une société française basée à Arequipa offrant des ballades à cheval dans la vallée. Le contact fut donc pris par email avec Thomas Montaigne, via leur site http://www.imagine-peru.com. Nous sommes ensuite allés le rencontrer en personne dans leur locaux d’Arequipa et avons organisé notre excursion de 2 jours 1 nuit trek pour le lendemain.

Vers 8h00 du matin, une navette est venue nous chercher à la guesthouse, et nous nous sommes joints à d’autres voyageurs faisant la visite standard 2j/1n.
En route vers Colca, nous nous sommes arrêtés à plusieurs endroits pour faire quelques photos de paysages lunaires, de lamas et autres animaux. Plusieurs femmes en costume traditionnel étaient également au rendez-vous pour vendre des tricots et autres souvenirs. Nous y avons acheté deux écharpes car malgré le soleil, il faisait horriblement froid. Il faut dire que nous étions à plus de 4900 mètres au-dessus du niveau de la mer. Sous les conseils de notre guide, nous mâché quelques feuilles de coca (beurk) pour aider à l’acclimatation.

Anne-Marie posant avec une marchande de tapis

Lady selling warm clothes

Un Vicuña, l'animal-symbole du Pérou

Apres environ deux heures de route, nous sommes arrivés à Chivay, la principale ville de la vallée du Colca. Nous nous y sommes arrêtés pour déposer nos compagnons de route et avons continué jusqu’ à notre logement, l’Eco Lodge Inn de Yanque. Cet hôtel, un des plus beaux de notre voyage se composait d’un ensemble de bungalows ayant vue sur la vallée et sur les terrasses traditionnelles. L’intérieur était joliment décoré, le lit confortable et la douche bouillante, un régal !

Eco Inn Lodge

Il était environ 14h quand Wilber, notre guide, vint nous chercher à l’hôtel, avec trois chevaux de Paso, connus dans le milieu équestre pour être les chevaux de selle de randonnée les plus confortables au monde.
Apres avoir enfilé nos chapeaux, nous voilà partis pour 4 heures de randonnée à la découverte du canyon. Celui-ci s’étend sur une centaine de kilomètres et ressemble plus à une impressionnante vallée qu’à une gorge.

Anne-Marie et son cheval

Hop !

Wilber nous emmena directement vers les hauteurs, via des chemins escarpés, à travers de petites rivières et en direction des sommets afin de profiter d’une vue exceptionnelle sur la vallée et la rivière Rio Grande. C’était spectaculaire. Nos chevaux étaient calmes et dociles, ce qui facilitait amplement la ballade. En route nous avons rencontré des habitants qui travaillent dans les champs ainsi que quelques caravanes de mules transportant des sacs de marchandises. On était bien loin des ballades classiques que font les touristes.

Mules

Petit pont que nous nous appretions à traverser

Cultures en terrasses

Nous parcourrons également plusieurs dizaines d’hectares de terrasses sculptées dans la montagne, passant par le village d’Uyo-Uyo, la terre d’origine de la ville Yanque, dont les ruines datent de la période des Incas. Arrivés dans le petit village de Coporaque nous avons posé pieds à terre, détendu nos jambes et avons acheté des bonbons pour les quelques enfants du village. Les maisons sont en pierre et le toit en chaume, rendant celles-ci extrêmement froides la nuit, une fois la nuit tombée. Les routes sont très poussiéreuses et on se retrouve bientôt le visage couvert d’une fine pellicule, tout comme les habitants que nous croisons en chemin et qui prennent tous la peine de nous saluer d’un « buenas tardes ». Leurs joues sont rouges, leur travail agricole est d’un dur labeur, les autres opportunités d’emploi n’étant pas pléthoriques dans la région. La petite mairie dispose cependant d’un accès Internet, permettant aux jeunes de suivre des cours d’éducation en ligne.

Tournée de bonbons

Sur le chemin du retour vers Eco Inn

Vers 17 heures le soleil disparut derrière les montagnes, et il nous a fallu une bonne heure pour retourner en direction de l’hôtel, passant à travers une partie du canyon qui abrite plusieurs tombes anciennes sculptées dans la roche. Les tous premiers habitants de la région avaient pris soin d’y enterrer leurs aînés, non sans leur avoir d’abord dépecé le corps, puis y laissé de l’or, de l’argent et des vêtements afin de les aider dans leur prochaine vie!

Nous sommes arrivés à notre hôtel à 18 heures, épuisés par cette fantastique après-midi passée en compagnie de Wilber et de ses chevaux. Ce fut sans aucun doute l’une de nos activités préférées lors de ces 7 derniers mois et nous aurions aimé y rester une journée de plus afin d’explorer un peu plus les alentours, à la manière des cow-boys, les vrais !

Quelques lamas nous attendaient à l'arrivée

Il fit très froid cette nuit-là dans la vallée du Colca, jusqu’à -18°, mais grâce au petit radiateur d’appoint, nous avons bien dormi et même profité d’un petit apéro aux chandelles avec une bouteille de vin de la région de Tacama, achetée la veille à Arequipa. Le repas servi à l’hôtel était un délicieux potage aux asperges, accompagnant un steak d’alpaca (aucune comparaison avec le steak irlandais mais néanmoins savoureux).

Départ à 7h le lendemain matin afin de visiter “Cruz del Condor” d’où nous pourrons visualiser le vol des fameux… condors.

On ne peut rien vous cacher !

Nous y avons rejoint des centaines d’autres touristes venus assister au spectacle.

Ces larges oiseaux, les plus grands de l’hémisphère ouest, dont les ailes atteignent jusqu’à 3,20m d’envergure, quittent leur nid chaque matin pour s’envoler dans le canyon à la recherche de nourriture. Ce sont des charognards, ce qui signifie qu’ils mangent des cadavres d’animaux, ce qui ne les empêche pourtant pas de tuer certaines proies à l’aide de leurs griffes acérées. Nous y sommes restés une bonne heure, le temps également de prendre quelques photos.

Condors dans le ciel

Condor noir et blanc

Le prix du billet touristique pour le canyon de Colca a augmenté de 100% en Janvier 2012, à 25 $ par personne (70 soles). Nous ne pouvons qu’espérer que cet argent ira à l’amélioration de la surface de la route reliant Chivay au Canyon.

Sur le chemin du retour, le bus a marqué un dernier arrêt au village de Maca, un peu trop touristique à notre gout, et dont les habitants (ainsi que leurs animaux : lamas, agneaux, et autres aigles capturés) se vêtissent tous les jours d’une tenue traditionnelle afin d’être pris en photo par les touristes. Nous n’y avons bien évidemment pas participé, préférant y acheter des chaussettes épaisses tricotées main pour lutter contre le froid.

Il était déjà temps de rentrer sur Arequipa. Notre guide éteignît la radio et les 10 passagers que nous étions se sont tous endormis, fatigués par le début de journée précoce, l’air frais mais surtout l’altitude.

Une bonne préparation pour ce qui nous attend en Bolivie!

5 thoughts on “Cowboys in the Canyon !

  1. ça tue!!
    j’attends votre prochain article avec impatience :)

  2. Je ne savais pas que les churros étaient une spécialité de là-bas!??
    A Saint-Ide sur la digue, devant le camion d’Alibaba, j’aurais une impression un peu plus exotique …!!! ;-)

  3. hi anne marie
    forgot to say john travelled that country sa well as bolivia/ecuador/colombia and venezuela but not on horse back
    bye pat

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :